Kenya: Un avocat soupçonné d’avoir violé 5 de ses 11 enfants


Un éminent avocat exerçant en Nairobi au Kenya a été arrêté, car soupçonné d’avoir violé cinq de ses onze enfants ainsi que la domestique de la famille.

Ses victimes présumées d’agression sexuelle étaient à la fois de sexe féminin et masculin, a déclaré la police. La police l’a mis aux arrêts jusqu’à la fin des enquêtes, a rapporté Nation.

L’homme, dont l’identité n’a pas été révélée, aurait été directeur d’un conseil de réglementation et dirige un grand cabinet d’avocats avec des bureaux à Nairobi, Garissa, Mombasa et Machakos, tous situés au Kenya.

Les enfants ont entre 6 et 14 ans, indique le média en ligne, notant que des médecins de l’hôpital MP Shah de Parklands avaient découvert l’agression sexuelle lorsque l’avocat avait emmené les enfants et l’aide ménagère pour une visite médicale mardi soir.

«À l’hôpital, l’avocat aurait demandé que des tests de dépistage du VIH et de la gonorrhée soient réalisés sur trois des cinq enfants, un garçon et deux filles.

«Les médecins s’inquiétaient de la raison pour laquelle il souhaitait que les tests VIH soient réalisés et soupçonnaient l’avocat d’avoir des raisons de croire qu’ils avaient été violés.”

“Comme l’exige la loi, les médecins ont demandé à l’avocat s’il avait signalé l’affaire à la police, mais il n’a pas donné de réponse crédible”, a déclaré la police à Nation.

Les agents de la force publique ont ajouté que l’un de ses enfants adoptés avait informé le médecin que son «oncle» avait pris l’habitude de les souiller.

“Cela a incité la direction de l’hôpital à appeler les agents du commissariat de Parklands. Les détectives de la station sont arrivés en quelques minutes et ont placé l’avocat en état d’arrestation.

Environ une heure plus tard, des officiers de l’Unité de lutte contre la traite des êtres humains et de la protection de l’enfance de l’Académie de la Direction des enquêtes criminelles sont arrivés pour prendre en charge les enquêtes.

“Les enfants ont passé la nuit à l’hôpital afin de subir un traitement”, a ajouté le journal.

Dans l’intervalle, les enfants ont été placés sous la protection de l’État et la police a ouvert une enquête à ce sujet.

“S’il est reconnu coupable, l’avocat risque une peine de prison à vie”, a déclaré Ndirangu.

Pas de Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *