Peine de mort au Sénégal : Voici Les deux personnes qui ont été exécutées, Il s’agissait de Moustapha Lo et de Abdou Ndaffa Faye.


La peine de mort a été appliquée au Sénégal sous le magistère du président Léopold Sédar Senghor et deux personnes ont eu à être exécutées. Il s’agissait de Moustapha Lo et de Abdou Ndaffa Faye.

Le premier avait été accusé de tentative d’assassinat contre Léopold Sédar Senghor. C’était le 22 mars 1967. En ce jour de Tabaski, alors que la cérémonie officielle se déroulait sur l’esplanade de la grande mosquée de Dakar, un homme s’élance vers lui et tente de le tuer avec un pistolet. Maitrisé sur le champ, Moustapha Lo est conduit au commissariat central de Dakar. Ce fut ainsi le début d’une enquête.

Devant la barre, le cousin de Cheikh Tidiane Sy, chef religieux avait soutenu qu’il n’avait pas l’intention de tuer le président Senghor mais qu’il lui montrer «qu’il n’était pas à l’abri de la vindicte populaire». Moustapha Lo avait ainsi plaidé non coupable, jusqu’à son dernier souffle. Malgré l’intervention musclée des chefs religieux de l’époque, il fut reconnu coupable de tentative d’assassinat contre le premier Président du Sénégal. Il fut exécuté le 15 juin 1967.

Quant à Abdou Ndaffa Faye, il avait poignardé Demba Diop, ancien maire de Mbour au sortir de sa réunion avec le gouverneur de Thiès en 1967, un an avant l’éclatement des évènements de 1968.

Le député-maire de Mbour, ancien ministre de la jeunesse et des sports et président du groupe parlementaire de l’UPS (Union Progressiste Sénégalaise) a été assassiné au matin du 3 février. Il était en compagnie de ses collègues, les députés de Mbour Jacques d’Erneville et Ibou Kébé. Abdou Ndaffa Faye l’a poignardé en pleine poitrine. Il meurt quelques minutes après son évacuation à l’hôpital. Consterné par ce crime, le président Senghor déclare que les «coupables seront démasqués et frappés avec vigueur».

Reconnu coupable du meurtre perpétré contre Demba Diop, Abdou Ndaffa Faye, né en 1922 et ancien chef de village de Gandigal, dans l’arrondissement de Ngékokh, fut condamné à la peine capitale bien qu’il ait soutenu avoir regretté son acte. Après quelques jours de détention à la prison Centrale de Hann, Abdou Ndaffa Faye fut exécuté le 11 avril 1967 à l’aube, au camp Dial Diop. Et les deux députés, Jacques d’Erneville et Ibou Kébé, commanditaires du meurtre, à cause de leur rivalité politique avec Demba Diop, sont respectivement condamnés à la prison à vie et à 20 ans de travaux forcés. La peine de mort a été abolie au Sénégal le 10 décembre 2004 sous le règne d’Abdoulaye Wade.

sanslimite

Pas de Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *